LES FONDUS DECHAINES - Retour à l'accueil
Liens
Les semaines thématique des fondus déchaînés l'association LES FONDUS DECHAINES Liens des sites des amis de www.lesfondus.org Courrier électronique
Les Semaines Thématiques
du 8 au 18 novembre 2003 Regards d’auteurs, cinéma engagé 2003

Regards d'auteurs - Cinéma engagé

Entre réel et imaginaire, fiction et documentaire
Faire voir le monde et ses frictions, tel est l’enjeu du documentaire. Mais il rejoint souvent le monde de la fiction auquel il emprunte les formes traditionnelles du récit. Il n’y a pas en effet de mise en images neutre du monde. Le choix de la trame narrative, du point de vue et du montage procède toujours d’une vision subjective. La fiction, de son côté, a la même prétention de dire la vérité, sa vérité sur le monde. Et pour ce faire, elle emprunte souvent au documentaire ses codes les plus marquants pour faire vrai. Comment se marque alors la différence entre la fiction et le documentaire ?
Même si l’on peut trouver des codes caractéristiques du genre documentaire, ces derniers peuvent être aussitôt récupérés par la fiction. Puisque l’image en elle-même ne prouve rien, la question de la vérité doit plutôt se poser à propos des rapports de l’auteur à son sujet et de l’image à son objet. C’est donc avant tout une question d’engagement. De regard engagé. Il ne suffit pas de voir pour comprendre. Et le détour par la fiction est parfois l’artifice nécessaire pour que la vérité émerge. Quand les mensonges de la fiction servent le vrai, quand les vérités du documentaire dépassent la réalité, le cinéma est en marche. Action !
Documentaires
autour des mouvements sociaux
Autour du thème
de la guerre.
Entre fiction et documentaire

Une série de documentaires autour des mouvements sociaux
A la Passerelle - salle de La Bobine – Entrée gratuite

Le 8 Novembre 17h30

la fiche du film

Les dockers de Liverpool
de Ken Loach
, Angleterre, 1996, 51 minutes.

Les dockers de Liverpool - Ken LoachEn 1995, cinq dockers du port de Liverpool sont renvoyés pour avoir protesté contre l’abaissement arbitraire du tarif des heures supplémentaires. Parce qu’ils sont solidaires de leurs camarades, 500 autres dockers sont licenciés à leur tour. C’est cette lutte ignorée que Ken Loach restitue avec ses espoirs, ses trahisons, et son immense dignité.

Le 9 Novembre 17h30

Le film sera
projeté
en présence
du réalisateur.
la fiche du film
bande annonce

Rêve d’usine - Luc DecasterRêve d’usine
de Luc Decaster , France, 2001, 1h38.

L’annonce de la fermeture de l’Usine Epéda, dans le Loir-et-Cher, provoque la stupeur des ouvriers. Le mois précédent, ils faisaient encore des heures supplémentaires. La lutte s’organise, mais les ouvriers, livrés à eux-mêmes, cherchent en vain un interlocuteur… « Ce Rêve d’usine (beau titre…) dévoile comme rarement ce que l’individu devient vraiment quand il est brutalement confronté à la fin d’une histoire qui a, souvent, rempli toute sa vie… ».Télérama.

Le 10 Novembre 19h30

2 COURTS-METRAGES

2084
de C. Marker – 10’

Pour fêter les 100 ans du syndicalisme en France, la CFDT a comandé un film à Chris Marker. Il se présente comme un court métrage de science fiction. Trois hypothèses sont évoquées : la grise où les syndicats sont puissants mais n’inventent rien pour résoudre les problèmes sociaux, la noire qui voit naître un gouvernement techno-totalitaire dont les syndicats sont les mécaniciens et la bleue où les syndicats sont un lieu de lutte, où les individus utilisent les nouvelles technologies comme moyen de progression et non comme instrument de pouvoir.

A l’impossible chacun est tenu
de A. Saulière
– 26’

Reportage au Havre, quartier du Bois de Bléville, été 1997 : les quelques 6000 habitants veulent croire au renouveau de leur quartier. Une mutation engagé par les élus, mais aussi par les associations locales impliquées dans l’amélioration de la vie quotidienne, l’éducation, l’alphabétisation et la création de nouveaux emplois...


Autour du thème de la guerre

Le Mardi 18 Novembre 20h
A La Passerelle, salle Louis Guilloux. Entrée 5 euros

2 films + débat


Cette programmation fait écho au spectacle « Le Soldat Tanaka » de Georg Kaiser, mis en scène par Guillaume Lévêque et présenté à la Passerelle-Scène Nationale les 13, 14 et 15 novembre 2003. Cette première mise en scène , créée à la Scène Nationale de Saint-Brieuc, est reprise au Théâtre National de la Colline à Paris.

Soirée de clôture

Veillées d’armes
1er voyage de Marcel Ophuls

Au cours d’un voyage à Sarajevo, Marcel Ophuls interroge des journalistes et d’autres correspondants de guerre sur le traitement de l’actualité par les médias et sur l’éthique de la profession. Un documentaire passionnant par le réalisateur du Chagrin et la pitié.

Veillées d’armes - 1er voyage de Marcel Ophuls

Le cercle parfait
de Ademir Kenovic

Sarajevo, pendant la guerre. Adis et Kerim, 7 et 9 ans, après avoir perdu toute leur famille, trouvent par hasard refuge chez le poète Hamza. Petit à petit, ils vont apprendre à vivre ensemble, à se découvrir, à s'aimer et à rêver dans une ville détruite où résonnent encore les tirs de snipers.
Bientôt, les enfants n'ont plus envie de quitter ce foyer construit malgré l'horreur qui les entoure. Mais après le bombardement de la maison, Hamza décide pourtant de les faire émigrer..."La force du film, c'est la belle idée que le cinéaste se fait de la nature humaine, malgré l'horreur, malgré la peur, malgré l'humiliation subie, malgré tout." Télérama

Le cercle parfait - Ademir Kenovic
du 12 au 18 Novembre
Au cinéma Le Griffon.
Entrée 4 euros
"De guerre lasses" a remporté
le Prix du film de la paix au Festival de Berlin

Dimanche 16 Novembre,
le film sera
projeté
en présence
du réalisateur.

Télécharger Le dossier.
Accéder à la fiche du film.
De guerre lasses - Laurent Bécue-RenardDe guerre lasses
documentaire de Laurent Bécue-Renard
France, 2003, 1h45

Quelque part en Bosnie, une grande maison réunit des femmes en détresse. Là, elles pleurent, chantent, dansent et rient en guise de travail thérapeutique. Le film s’attache à leur quotidien avec pudeur et discrétion et montre comment elles tentent de retrouver un sens, par la parole, à leurs vies ravagées par la guerre : « un magnifique poème, d’une portée universelle, sur la souffrance, le deuil, la mort et la vie ». Et un suprême message d’espoir.


Entre fiction et documentaire
du 12 au 18 Novembre Au cinéma Le Griffon - entrée 4 euros

L’évaporation de l’homme - Shohei Imamura
la fiche du film

L’évaporation de l’homme
film de Shohei Imamura, Japon, 1967, 2h10

En Japonais, johatsu signifie « évaporation ». Cas banal de disparition de salary-man, chaque jour leurs photos couvrent les vitrines des commissariats. Dans le style d’un docu-fiction, le film accompagne une femme dans la recherche de son fiancé, un homme de trente ans nommé Oshima, un agent commercial qui s’est « évaporé ». Dans cette enquête, le spectateur n’est pas au bout de ses surprises… « Imamura démontre que ce qui fait le coeur de son film peut, dans un même temps, s’apparenter à un pur morceau de réalité et à sa mise en scène illusoire. » Positif.

Hic - György Palfi
Prix Graines d’images Mamers 2003
la fiche du film
la bande annonce

Hic
film de György Palfi,
Hongrie, 2002, 1h15

Scènes de vie villageoises en été, de vrais gens avec leurs vraies vies : le miel à récolter, du blé à mois sonner, des cochons à nourrir… Mais dans la torpeur de l’été se cache le fait divers, c’est le « hic » ! Loin de narrations classiques, le film suit le rythme des transitions. On peut croire à une prouesse stylistique mais l’on se rend vite compte que les scènes sont les pièces d’un Puzzle : l’auteur met en scène un fait divers hongrois devenu légende …

Ce vieux rêve qui bouge - Alain Giraudie
Prix Jean Vigo
la fiche du film
la bande annonce

Ce vieux rêve qui bouge
film d’Alain Giraudie, France, 2002

Dans une usine en train de fermer, un jeune technicien vient démonter une dernière machine. Autour de lui, les ouvriers attendent la fin de la semaine en bavardant et en se promenant. Quelques événements inattendus se préparent… « Ce moyen-métrage commence comme une chronique sociale sur les utopies mutilées, se double d'une métaphore subtile sur le cinéma, finit par l'irruption inopinée de désirs insatisfaits»
L’Express. Une histoire d’hommes qui se désirent va venir bousculer les
clichés sur le monde du travail. Un film qui fait bouger la représentation
du corps ouvrier !

Lillian thirteen - David Williams
fiche film
bande annonce

Lillian thirteen,
film de David Williams, Etats-Unis, 1993, 1h22

Dans un mélange fiction-documentaire, le cinéaste fait le portrait de Lillian Folley, une femme noire d’une cinquantaine d’années, qui, en plus de s’occuper de sa petite fille, passe sa journée à résoudre les problèmes des autres. Et il sont nombreux ! C’est l’Amérique d’aujourd’hui saisie entre les quatre murs de la maison de Lillian…

Les archives des semaines thématiques SOMMAIRE